Lynn Hamilton
3/5/20
Bill Potrecz, BP Sports Niagara

Pleins feux sur les anciens : Lynn Hamilton

Il allait de soi que Mme Lynn Hamilton jouerait un rôle important au sein l’organisation des Jeux du Canada Niagara 2021.  

Cette femme de 57 ans, originaire de St. Catharines, est l’épouse de M. Doug Hamilton qui été nommé à la présidence des Jeux, l’an dernier.

« Je blague en disant qu’on m’a forcé la main »,  dit Mme Hamilton, qui a assumé le rôle de Présidente, Sport, « mais c’est la réalité que je vis depuis les premiers jours du processus de candidature. »

Mme Hamilton rapporte qu’on avait d’abord proposé ce rôle à Mme Chris Critelli, entraîneure en chef des Brock Badgers mais qu’elle l’avait refusé. Alors, on a approché Mme Hamilton, Lynn Polson de son nom de fille, qui, avec ses titres de compétences impressionnants, a accepté. En 1984, elle a été membre de l’équipe de basketball du Canada aux Jeux olympiques d’été de Los Angeles où l’équipe s’est classée quatrième. En 1986, elle a représenté le Canada au championnat du monde de basket-ball féminin de la FIBA où l’équipe s’est classée troisième et a remporté la médaille de bronze.

« Plusieurs personnes ont été considérées pour ce rôle, je crois avoir été la 6e ou la 7e ou la 8e ou la 9e ou la 10e. » dit-elle, à la blague.

Mme Hamilton détient un curriculum vitae d’autant plus impressionnant depuis sa nomination au palmarès U SPORTS des 100 meilleures joueuses de basketball du centenaire.  Mme Critelli a aussi été nommée à ce palmarès.

«  Ce fut un grand honneur », dit-elle. «  Quatre années extraordinaires de ma vie que je n’échangerais pour rien au monde. Des coéquipières formidables. L’équipe a connu beaucoup de succès.  Nous avons gagné deux championnats nationaux et décroché deux fois la deuxième place. Tout ça a été fantastique ! »

Mme Hamilton a comme tâche de trouver des bénévoles en chef pour les 18 sports qui seront représentés aux Jeux en août 2021.

« J’ai une équipe de 25 bénévoles ; certains sports nécessitent le travail de deux personnes pour une durée de deux semaines », explique-t-elle. « L’équipe est composée de gens de la région de Niagara qui aideront à la planification et à la mise en œuvre de chaque événement. »

Mme Hamilton explique que son équipe de bénévoles sera responsable de gérer les événements de manière efficace et de voir aux besoins des athlètes.

« Ce qui me préoccupe ce sont les besoins des officiels, des commentateurs, et surtout des athlètes en compétition ; je veux m’assurer que tous auront tout ce dont ils ont besoin », dit-elle. « Ça peut paraitre simple mais, une fois engagé dans le processus, on se rend vite compte que ça prend du personnel pour accomplir toutes ces tâches. »

Au dire de Mme Hamilton, jusqu’à maintenant, tout se déroule bien.

« Tout va bien. J’ai 25 personnes venues de tous les coins de la région de Niagara, pas seulement de St. Catharines », rapporte Mme Hamilton, une diplômée de l’école secondaire Governor Simcoe qui a poursuivi ses études à l’université Bishop’s. « Il y a toute sorte de gens. Plusieurs ont de l’expérience en gestion d’événements, par exemple, au club d’aviron du Flatwater Centre ou à la régate d’Henley. »

« Nous avons une bonne équipe en place et nous profitons de l’expérience de chacun pour organiser les événements. »

Mme Hamilton a constaté des progrès sur l’ensemble du projet.

« Nous avons un effectif de 35 personnes. Au début, l’équipe était composée uniquement de bénévoles ; c’est intéressant de voir la croissance du projet », raconte Mme Hamilton qui nous parle depuis les bureaux des Jeux, avenue Martindale. « Les efforts se consolident. »

« Nous avons embauché des gens extraordinaires, et les bénévoles que nous recrutons sont tout aussi formidables. »

Mme Hamilton attend les Jeux avec impatience.

« Évidemment, il y aura des legs importants, mais ça commence dès maintenant », dit-elle. Les jeunes commenceront à entendre parler des Jeux du Canada et des sports qui y seront présentés. Nous cherchons à impliquer les jeunes et les moins jeunes. Les Jeux augmenteront la visibilité de notre ville, tout comme l’ont fait le centre Meridian et le FirstOntario Performing Arts Centre (PAC).  Je crois que les Jeux serviront à rehausser notre visibilité. »

« Nous contribuons aussi à unifier la région de Niagara. Le sport est rassembleur, les événements sportifs aussi. Nous devrons travailler ensemble. Nous tentons de transformer et d’unifier la grande région de Niagara. »

Son mari est un ancien athlète olympique et ses deux fils ont fait carrière dans la LNH ; Dougie est défenseur avec les  Hurricanes de la Caroline et Freddie, aujourd’hui à la retraite, poursuit ses études à l’Université Brock. Ce n’est donc pas surprenant que le sport occupe une place primordiale dans leur vie de famille.

« C’est notre vie. Nous, les quatre, nous ne pouvons pas envisager une vie sans sport, » dit-elle. Nous n’avons pas forcé nos enfants à faire du sport. Vous ne voyez pas mes enfants dans la NBA ; ils jouent au hockey, un sport que ni moi, ni mon mari, n’avons même jamais pratiqué.»

« Il semble bien que c’est une passion dans notre famille. »

Mme Hamilton avoue qu’elle a réussi à impliquer ses fils dans le projet – Dougie a été invité à participer à la sélection de la mascotte des Jeux, Shelly la tortue, tandis que Freddie a élaboré la stratégie de commandite dans le cadre de son programme d’études à l’Université Brock.

Un reportage de BP Sports Niagara, détenu et exploité par Bernie Puchalski and Bill Potrecz.

Abonnez-vous pour demeurer au courant des nouveautés concernant les Jeux d’été du Canada Niagara 2021

En vous identifiant comme étant bilingue (français et anglais), bonjourniagara.com fera appel à votre collaboration.