Ancien des Jeux du Canada

Jayson Hilchie
5/14/20
Christopher Séguin

Pleins feux sur les anciens : Jayson Hilchie

Il y a 19 ans, on pouvait compter sur les doigts d’une main le nombre de coureurs qui pouvaient rattraper Jayson Hilchie.

À cette époque, il était l’un des plus rapides sprinters au pays et, l’année 2001 fut sa saison la plus mémorable.  Actuellement, M. Hilchie est PDG et président de l’Association canadienne du logiciel de divertissement (ALD).

La vedette de l’université St. Mary’s University (SMU) est devenu le premier champion national de l’histoire du programme d’athlétisme de la SMU – un exploit qu’il a accompli en remportant l’or au sprint de 60m aux Championnats nationaux 2001 de l’organisation Sport interuniversitaire canadien (aujourd’hui connue sous le nom de U SPORTS).

Ce triomphe lui a valu plusieurs honneurs.  Il a obtenu le statut d'étoile académique canadienne pour une deuxième année consécutive et a aussi été choisi athlète de l’année de l’université St. Mary’s.

Il va sans dire que ce jeune homme, originaire de Coldbrook, N.É., avait le vent dans les voiles et entrevoyait  la saison 2021 avec optimisme.  Par contre, il se trouva confronté à un choix déchirant.

À titre de champion canadien universitaire, Hilchie comptait participer aux Jeux d’été de la Fédération Internationale du Sport Universitaire (FISU) qui se tenaient à Beijing en Chine.  Le seul problème était que l’événement empiétait sur les Jeux d’été du Canada 2001 qui avaient lieu à London en Ontario – une compétition dont rêvait Hilchie.

« Je voulais absolument me qualifier pour les Jeux du Canada », explique l’homme, aujourd’hui âgé de 40 ans. « Mais, d’après les règlements, si on participait aux jeux de la FISU, on ne pouvait pas participer aux Jeux du Canada. Alors, je n’étais même pas certain de pouvoir me rendre à London puisque mon objectif était de faire partie de l’équipe nationale aux jeux de la FISU. »

Ayant cet objectif en tête, Hilchie s’est préparé pour les jeux de la FISU avant que  le destin n’intervienne. Au mois d’avril,  l’homme alors âgé de 21 ans, subît une déchirure des muscles de la cuisse lors d’un entraînement ce qui a mis fin à son projet de voyage en Chine.

« Pour faire partie de l’équipe nationale [de la FISU], je devais participer au Championnat canadien d’athlétisme qui se tenaient en juin. Mais, puisque j’étais blessé et puisque les jeux se tenaient à Edmonton, je me suis dit que ça ne valait pas le coup d’acheter un billet d’avion sachant que je ne pourrais peut-être même pas courir. Alors, je n’y suis pas allé, me rendant ainsi inadmissible à jouer pour cette équipe. »

Hilchie & Trudeau
À droite, Jayson Hilchie, président de l’Association canadienne du logiciel de divertissement (ALD) et ancien des Jeux du Canada, marche dans un couloir accompagné du premier ministre Justin Trudeau.

« Ce fut un grande déception. Mais, j’ai continué de soigner ma blessure et je visais maintenant les épreuves de qualification de la Nouvelle-Écosse qui se tenaient en juin.  Et, les Jeux du Canada sont devenus mon objectif. Je me disais : ‘’Je suis champion canadien universitaire et je vais remporter le  100 m’’ ».

« Mais le destin est intervenu encore une fois. », dit Hilchie en riant.

Au début, tout est tombé en place. Hilchie s’est rétablit de sa blessure, il a participé aux épreuves du mois de juin et a facilement remporté le 100 m – lui assurant ainsi une place au sein de l’équipe de la Nouvelle-Écosse pour les Jeux d’été du Canada de London.

Une fois sur le terrain de l’université Western, l’athlète originaire de Coldbrook,  s’est mis au boulot - l’événement principal : le 100 m sprint.  Il n’avait pas entièrement retrouvé sa forme mais il demeurait confiant pour les demi-finales.

Mais, le malheur frappa de nouveau.

« J’ai fait, je crois, 10, 65 et je me suis classé troisième donc je ne me suis pas directement qualifié pour la finale mais, c’était un temps rapide. »

« Ensuite, mon co-équipier (de la Nouvelle-Écosse), Patrick Benjamin a égalé mon temps de  10, 65 mais avec un vent favorable cette fois. Ils ont calculé au millième de seconde et il l’a remporté.  Je ne me suis même pas rendu en finale. »

Un millième de seconde.

Un tout petit écart qui lui a coûté sa place dans la finale du 100 m.  Pour la troisième fois en quatre mois, Il a dû réévaluer ses objectifs.  Le jeune homme de 21 ans s’est donc tourné vers le seul événement qui lui restait : le relais 4x100 m.

Hilchie avait raison d’être optimiste. 

L’équipe relais 4x100 m de la Nouvelle-Écosse était composée de Hilchie, Patrick Benjamin, Earlando Simmonds, Ryan Hanrahan et Jason Anaka. Chacun provenait de différentes régions de la province mais tous les cinq s’étaient entraînés ensemble pendant deux ans avant les Jeux,  tous partageaient le même entraîneur, Derrick Dempster, et tous faisaient partie du même club à Halifax – le Sackville Chebucto Athletics.

Hilchie interview
À droite, Jayson Hilchie lors d’une entrevue avec TSN aux Jeux d’été du Canada 2001 qui ont eu lieu à l’université Western de London.

C’était assez inusité. Normalement, les équipes provinciales et territoriales des Jeux du Canada s’organisent seulement quelques mois avant les Jeux ce qui leur donne que quelques semaines d’entraînement avant les Jeux.

Par contre, grâce à la confiance de l’entraîneur Dempster qui les voyait déjà prêts pour London 2001, les cinq sprinters du club de Sackville formeraient une équipe très spéciale et mieux préparée que toute autre.  La cohésion de l’équipe s’est révélée précieuse lors de la finale du relais 4x100 m, une course où chaque petit détail compte, spécialement lorsque Hilchie a complété  la dernière étape du relais. 

La course a sans doute été l’une des meilleures finales de l’histoire des Jeux du Canada. La Nouvelle-Écosse a remporté l’or dans une course serrée contre l’Ontario, une course dont l’issu a été décidé par un centième de seconde.  Hilchie admet qu’il n’était pas certain d’avoir été le premier à croiser la ligne d’arrivée.

« Le temps que ça a pris pour déterminer le gagnant m’a parût interminable !  Et, l’Ontario jubilait et je me souviens d’avoir jeté un coup d’œil sur la foule et de voir les équipes de la Nouvelle-Écosse crier, ‘‘Tu les as eu ! Tu les as eu !’’ Et, moi, je me disais, ‘‘Non, je ne le crois pas.’’  »

« Vous comprendrez que lorsqu’on vient d’une région comme la Nouvelle-Écosse et qu’on bat l’Ontario, c’est gros ! Et, nous étions tous du même club, avec le même entraîneur.  Ça été un événement vraiment très spécial. C’est pourquoi j’ai conservé une vidéo de la course. »

Les jours qui ont suivi leur victoire ont été tout aussi remarquables. Les cinq membres de l’équipe de la Nouvelle-Écosse du relais 4x100 m, y compris Hilchie, ont fait la une du journal Chronicle Herald d’Halifax.  Ils sont aussi rentrés avec un cadeau pour leur entraîneur, Derrick Dempster, qui a joué un rôle important dans le succès de l’équipe malgré qu’il n’ait pas pu les accompagner aux Jeux de London.

Hilchie Podium
Au centre, Jayson Hilchie sur le podium accompagné de ses coéquipiers de la Nouvelle-Écosse peu après leur victoire au relais 4x100 m aux Jeux d’été du Canada London 2001.

« Nous avions conservé le témoin. Nous l’avions tous signé et nous lui avons offert en cadeau », raconte Hilchie. « Nous avions organisé une grande présentation et nous lui avons remis le témoin signé. Il l’a toujours en sa possession. Alors, oui, c’est pas mal cool. »

« Et, l’an dernier, à Halifax, lorsqu’on a pris le lunch ensemble, je lui ai montré la vidéo de la course que je conserve toujours sur mon cellulaire. Il l’a visionné avec un grand sourire aux lèvres. »

Pour Hilchie, les Jeux de London 2001 et ses retombées ont été une expérience unique dans sa vie.  En tant que spécialiste d’un sport individuel, l’athlète originaire de Coldbrook, n’avait jamais fait partie d’une équipe. Mais son expérience des Jeux du Canada lui a laissé une impression indélébile.

« En tant que spécialiste du 100 m, on développe une pensée égocentrique. Je recherchais la gloire individuelle, c’est certain. Mais tout ça a changé avec le travail en équipe et cette course à relais est devenue la chose la plus importante que j'ai accomplie parce que j’ai pu partager le succès non seulement avec quatre gars mais avec quatre gars de mon club d’athlétisme. »

« Je me souviens  [après la course] d’avoir jeté un coup d’œil sur les membres de l’équipe de volleyball ou de basketball [de la Nouvelle-Écosse] dans les estrades. Ils étaient tous venus assister au 4x100 m parce que c’était le dernier soir de la compétition.  Et,  j’ai vraiment ressenti l’esprit d’équipe, qu’on s’appuyait tous les uns les autres. »

« En tant qu’athlète, j’aurais aimé vivre plus d’expériences comme celle-ci, des événements par équipe comme [les Jeux du Canada] et les événements multisports. C’est inégalé comme expérience. »

Présentement, M. Hilchie termine sa huitième année en tant que PDG et président de l’ALD.  Il est le principal défenseur et porte-parole de l’industrie des jeux vidéo au Canada.   Sous son leadership, l’ALD a mené plusieurs campagnes de plaidoyer auprès des gouvernements à travers le Canada. Son travail l’appelle à travailler directement avec des premiers ministres,  des membres importants du Cabinet, et plusieurs comités parlementaires afin de promouvoir et de protéger l’industrie.  Il aime son travail mais M. Hilchie est certain que, sans sa carrière en athlétisme, son parcours aurait été bien différent.

Hilchie & Harper
 À gauche, Jayson Hilchie, au début de son mandat à titre de PDG et président de l’ALD, pose pour une photo avec l’ancien premier ministre, Stephen Harper.

« Je ne serais pas ici sans les sports. C’est un fait. Je n’avais aucune direction avant de trouver un talent à exploiter. »

« Vraiment, si je pouvais retourner au jour où j’ai remporté le championnat des écoles secondaires, c’est le moment où ma vie a pris un nouveau tournant. »

Avant d’avoir remporté le championnat provincial des écoles secondaires à l’âge de 17 ans, Hilchie se préparait à entrer à l’université Acadia qui est située dans la vallée d’Annapolis, sa région natale. Le dépôt avait été fait ; il semblait bien qu’il n’y aurait pas de retour en arrière.

Mais le destin lui a souri autrement au printemps 1997 alors qu’il remporta la plus brillante victoire de sa jeune carrière en devenant champion provincial du 100 m dans sa catégorie d’âge.  À partir de ce moment, des portes se sont ouvertes qu’il croyait fermées. L’université St. Mary’s l’a immédiatement recruté pour son programme d’athlétisme, un programme qui, à l’époque, n’existait pas à l’université Acadia.

Cette série d’événements mena Hilchie à devenir étudiant-athlète à l’université St. Mary’s et à ouvrir la voie vers les Jeux du Canada et vers la direction de l’ALD.

« [Le championnat des écoles secondaires] a lancé un processus qui est probablement toujours en marche, et ce n’est pas fini. Je suis loin d’avoir terminé.  »

Abonnez-vous pour demeurer au courant des nouveautés concernant les Jeux d’été du Canada Niagara 2021

En vous identifiant comme étant bilingue (français et anglais), bonjourniagara.com fera appel à votre collaboration.